Pourquoi la consultation des données Sanitel est-elle nécessaire ?

La banque de données de Belbeef regroupe les données des différents maillons, de sorte que l’acheteur des bovins (abattoir ou retailer) puisse contrôler précisément ce qu’il a acheté.  

 

Tout d’abord, tous les éleveurs participants sont repris dans la banque de données. Lorsqu’un contrôle est effectué pour  le Standard Belbeef, résultant en l’octroi d’un certificat, ceci est introduit dans la banque de données. Les éventuels résultats d’analyses d’échantillons collectés au cours de contrôle y sont également mentionnés. Tous les bovins des éleveurs certifiés entrent potentiellement en considération pour être commercialisés au sein du système. Mais c’est seulement après l’abattage qu’il peut être déterminé, par bovin individuel, si celui-ci répond aux conditions ou non. Car cela dépend de la date d’abattage. En effet, c’est sur la base de la date d’abattage qu’il peut être calculé combien de temps l’animal a été présent dans le dernier troupeau. Cette durée doit être de minimum 180 jours (6 mois) pour les taureaux et de 75 jours (2,5 mois) pour les vaches. 

Certaines chaînes de la grande distribution imposent également d’autres conditions, comme p. ex. une classification SEUROP minimale, un âge maximal et un poids maximal. Ces conditions particulières par distributeur peuvent être retrouvées sur le site web de Codiplan, sous "Home /agriculteurs-entrepreneurs/CodiplanPlus Bovins", ou directement via le lien suivant sur le site web de Belbeef: http://www.belbeef.be/fr/b2b/exigences-carcasses

 

Les abattoirs couplent les données d’abattage aux numéros Sanitel dans la banque de données de Belbeef. Ils utilisent à cette fin exactement les mêmes données que celles qu’ils doivent transmettre à IVB (“Interprofessionele Vereniging voor het Belgische Vlees”), qui collecte également ces données d’abattage pour les éleveurs. 

Les abattoirs, les ateliers de découpe et les grossistes doivent d’ailleurs eux-mêmes être contrôlés et certifiés chaque année pour pouvoir fonctionner et livrer au sein du Standard Belbeef. Ces données de contrôle sont également collectées dans la banque de données. 

Ensuite, les abattoirs peuvent attribuer les animaux qui satisfont à ces critères aux ateliers de découpe ou aux grossistes, qui peuvent à leur tour les attribuer aux bouchers et aux retailers participants.

Ces acheteurs de viande peuvent alors finalement consulter, via la banque de données, les données de la viande qu’ils ont achetée. De la sorte, il n’est plus nécessaire de copier les passeports Sanitel. 

 

Qui a accès à quelles données et pourquoi ? 

Divers maillons peuvent se connecter à la banque de données via un mot de passe, qui leur donne accès, pour consultation et adaptation, à une partie strictement limitée des données. Nous donnons ici un aperçu des principaux utilisateurs. 

 

L’organisme de contrôle (OCI):

Celui-ci peut consulter le nom et l’adresse du troupeau avec lequel ils ont conclu un contrat. Ils peuvent vérifier combien d’animaux conformes y sont présents, sur la base du type (viandeux ou mixte) et de l’âge. Ceci est nécessaire pour déterminer le nombre d’échantillons à prendre lors du contrôle ainsi que pour pouvoir coupler le numéro d’échantillon au numéro Sanitel, de sorte qu’il ne puisse y avoir de discussion pour cause de numéro auriculaire peu lisible. 

Ce droit de consultation de l’OCI lui permettra également d’éviter des contrôles inutiles, puisqu’il ne prévoira pas de visite au moment où il n’y a pas d’animaux en période d’engraissement. 

Les contrôleurs n’ont pas accès aux numéros auriculaires individuels. Et ils ne peuvent pas connaître le nombre de veaux ni de vaches laitières, puisque les données de celles-ci ne sont pas accessibles via leur mot de passe. 

 

Abattoirs, ateliers de découpe et grossistes

Ceux-ci peuvent vérifier, sur la base du numéro de troupeau, si un éleveur est certifié ou non. Ils n’ont PAS d’accès direct aux données Sanitel, mais lorsqu’ils introduisent les données d’abattage dans la banque de données de Belbeef, ils sont informés pour chaque numéro auriculaire si le bovin répond aux conditions du Standard Belbeef et aux éventuelles conditions supplémentaires de Delhaize, Colruyt et BBQS (Blanc Bleu Qualité Supérieure). De la sorte, ils savent quels animaux ils peuvent commercialiser dans le cadre du système et attribuer au maillon suivant. Ils doivent donc mentionner dans la banque de données l’acheteur de la viande. 

 

Bouchers et retailers

Les bouchers et les retailers participants au système, lorsque de la viande de bœuf leur est vendue et attribuée dans la banque de données par le grossiste, peuvent vérifier d’une part de quels troupeaux et numéros auriculaires cette viande provient, et d’autre part les données d’abattage (vache ou taureau, poids à l’abattage, date d’abattage et classification SEUROP). De la sorte, il n’est plus nécessaire de copier les cartes Sanitel. 

Naturellement, ils n’ont accès qu’aux des données des carcasses qui leur sont livrées par le grossiste. 

 

Belbeef

Le personnel de Belbeef (3 personnes) peut via un mot de passe se connecter à la base de données. C’est nécessaire pour pouvoir gérer le système qualité. Belbeef peut rechercher les numéros auriculaires de certains animaux, mais il n’y a aucune possibilité de ressortir des listes d’animaux présents dans un troupeau.

 

Procerviq

Procerviq est le gestionnaire du cahier des charges BBQS. Cet organisme gère une banque de données similaire à celle de Belbeef, mais uniquement pour les participants au système BBQS. Pour vérifier si un animal répond aux conditions du Standard Belbeef, leur banque de données interroge celle de Belbeef, qui leur renseigne si l’animal y répond au non. Les retailers qui travaillent exclusivement avec Procerviq, comme Carrefour, récoltent leurs données dans cette banque de données. 

 

Y a-t-il un risque que la grande distribution ou les abattoirs puissent voir combien de bovins viandeux il y a en Belgique au sein du Standard Belbeef, ce qui pourrait perturber le marché ? 

NON. 

Personne ne peut voir combien d’animaux sont dans le système, même pas Belbeef. 

Le contrôleur n’a accès qu’aux données des animaux de l’éleveur chez qui il opère un contrôle (or il y a 9 organismes de contrôle agréés et une trentaine de contrôleurs); l’abattoir n’a accès qu’aux données des bovins qu’il a lui-même abattus, afin de déterminer s’ils peuvent être commercialisés au sein du système ; les ateliers de découpe et les grossistes n’ont accès aux données qu’après avoir acheté les carcasses; enfin, les bouchers et les retailers n’y ont accès qu’après avoir acheté la viande à leur fournisseur. 

ABS, Boerenbond et la FWA sont représentés au sein du Conseil d’Administration de Belbeef, et veillent à ce qu’aucune donnée pouvant perturber le marché ne soit divulguée. 

 

Pour plus de détails concernant le fonctionnement de la base de données et la protection des données: cliquez ici!